• l'amer tue !

    teargas de merde

    Si on devais honorer la mémoire des vicitmes de l'occupation, ici, on ne vivrais que des minutes de silence.


    La journée d'hier à été moche. Pourtant, on à rien fait. Ou plutôt, si, on à encore une fois essayé, on a persévéré. Malgré la pluie, la terre trempée, le vent. Hier, c'était aussi l'anniversaire de la mort de Rachel Corrie. Alors on a marché, en tête, brandissant deux grandes banderoles arborant les visages des volontaires d'ISM morts pour la cause...

    Bien sur, quand ça a commencé à canarder, des grenades de gaz lacrymos dans tous les sens, ça à été plus dur de courir. Et puis cette fois ils ont aussi utilisé la skunk water, les balles en « caoutchouc » (je dirais plutôt les balles entourées d'une légère couche de plastique), et ils ont lâché un chien complétement malade. Le chien à niaqué un des palestiniens, dans la main. Pendant ce temps ils continuaient de nous canarder. On ne pouvais pas les voir. Un camarade, plus concrètement un des organisateurs de la lutte depuis neuf mois, à tenté d'agir contre l'animal dressé pour tuer qui lui broyait la main. Et les soldats les ont arrêtés tous les deux.

    On a rien pu faire. Juste continuer la manif malgré la pluie qui s'est mise a taper sévere. Il y a aussi eu les blessés. Et la mère d'un des deux arretés qui a tenté de s'élancer dans la gueule du loup, par désespoir, que ses proches ont du maîtriser. Et puis les visages décomposés, les larmes des grands mères, le souvenir des autres manifs ou ont rentrait en chantant et tapant dans nos mains, en se disant que quoi qu'il arrive, quoi qu'ils fassent, on continuera, on les laisserai pas en paix dans que justice ne sera pas faite.
    Et le regard de la mère d'un des deux arretés, scrutant le visage de chaque manifestant qui revenait au village, avec encore un brin d'espoir de reconnaître son fils parmi la foule, ne voulant pas y croire....

    Mais ils nous ont volés deux frères. Pour d'autres, des amis, pères, frères, époux........
    Nous savons qu'on ne les reverra peut être pas avant six mois, un an. Ou peut être plus.
    Car on ne sait jamais ici. Et surtout, on sait comment ils traitent les prisonniers.
    Jour de peine, de rage, de pluie et de tempête dans ma tête.

    Comment ne pas haïr une armée qui arrête des manifestant non-violents, qui les attaquent comme des criminels, qui les arrêtent de manière odieuse, alors qu'ils réclament l'ouverture d'une route,leur route, autrement dit le respect des accords internationaux, le respect de la loi, qui leur accorde déjà peu de droits ? Sans parler de ce qu'il se passe à Gaza en ce moment. Sans parler de ce que tous les palestiniens vivent chaque jours depuis si longtemps....

     

    C'est un drame.

    La liberté des autres etends la mienne à l'infini..........

    une maman au coeur blessé

    riot

    blessé


  • Commentaires

    1
    MidBro
    Dimanche 18 Mars 2012 à 22:35

    *Bang*

    2
    atsirk Profil de atsirk
    Lundi 19 Mars 2012 à 01:02

    ca veut dire?

    3
    MidBro
    Lundi 19 Mars 2012 à 01:50

    Ça veut dire que c'est violent. Et plein de désespoir. Désespoir qui mène souvent à des trucs déplaisants, au passage (meurtres, suicides, non ?).

     

    Que se passerait-il si les Paléstiniens lachaient le morceau ?

    Que se passerait-il s'il y avait de vrais débats en haut lieu ?

    Qu'y aurait-il à espérer s'il y avait un compromis possible ?

    Y-a-t-il quelques "vrais" arguments du côté des oppresseurs ?

    Qu'est-ce qu'il suffit qu'il se passe pour que la situation s'enflamme vraiment ?

     

    Je ne pense pas qu'il faille du courage pour redresser une situation désespéré, mais de l'ingéniosité. Je veux dire, t'as beau être courageux et être une centaine, c'est pas avec des petites cuillères qu'on vide un lac. Je ressens de l'acharnement quand je lis tes articles, mais il me semble pas que ce sentiment n'a encore jamais rendu une petite cuillère plus éficace.

    Y a sûrement une tonne de précédents dans l'histoire. Y en-a-t-il de comparable qui ont eu une issue heureuse ? Si oui comment ?

     

    Fin bref. Le fond n'est pas vraiment critiquable de toute façon ; une injustice, c'est injuste. Mais sur la forme ? S'acharner à déambuler devant des gens armés ? C'est rigolo jusqu'à ce que ça ne dégènère. Bien-sûr "rigolo" c'est de l'ironie.

     

    (NB : et je ne veux pas de "et toi ?", le statut n'apporte rien dans une histoire d'idées et d'opinions, c'est totalement "irelevent", pas adéquat. C'est en forgeant qu'on devient forgeron, mais c'est peut-être pas en allant au front qu'on devient plus penseur. qu'un autre)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :